Muriel Rodolosse

est née en 1964 à Castelnau-Montratier.

Elle vit et travaille à Bordeaux et à Paris, elle est représentée par la galerie Gowen Contemporary à Genève (CH), Shirin gallery à Téhéran (IRAN) et à New York (USA) et la galerie DX à Bordeaux.

Elle est membre du CA de la Maison des Arts Georges et Claude Pompidou de Cajarc depuis 2020.

 

Après des études à l’Ecole des beaux-arts et à l’Université Bordeaux Montaigne, elle poursuit ses études à Chicago où elle sera accueillie par la Fondation John David Mooney qui lui organisera sa première exposition aux Etats-Unis en 1996. Dès lors elle adopte un support emblématique de sa pratique picturale : le Plexiglas qu’elle traite comme du fixé sous verre et qu’elle porte jusqu’à un format monumental. Elle investit par la suite des espaces extérieurs et produit des œuvres in situ.

« Situant ma peinture au-delà d’une égalité des genres mais dans leur interdépendance, je montre combien la classification est autoritaire, théocratique, essentialiste et arbitraire. En déplaçant les genres, la nature des êtres et des éléments, les rapports d’échelle et de hiérarchie, ma peinture se qualifie de « non-Taxinomiste ». Sa vision de la nature, en constante perturbation, s’éloigne des références et de la   « permanence » moderniste. Aller, venir, se retourner, s’immiscer, explorer la limite, la peinture de Muriel Rodolosse incite le spectateur au déplacement. Mouvement que le médium impose également à l’artiste, qui se positionne au revers du support transparent, pour peindre de l’avant vers l’arrière, en commençant par la fin et en finissant par le début.  Partant de l’idée que derrière ce que l’on regarde se cache l’autre face du monde, Muriel Rodolosse renverse la vision perspectiviste de la fenêtre ouverte sur le monde et interroge la nature de l’œuvre regardée, de l’autre côté du support, de l’autre côté du plan zéro.

 

Plusieurs catalogues d’exposition lui ont été consacrés et le Frac Aquitaine a édité sa première monographie bilingue.

Elle a réalisé plusieurs commandes artistiques : le jardin du Luxembourg à Paris, le jardin Gambetta à Cahors et en 2020 elle a obtenu la commande publique pour le château du Bois Fleuri à Lormont.

Son travail a été montré dans plusieurs expositions monographiques en France, en Espagne, en Norvège, en Allemagne, aux Etats-Unis et plus récemment en Iran.

Expositions à la Galerie DX

Presse

Junkpage, n°44, 2019
Anna Maisonneuve, « La peinture manifeste »

ArtAbsolument, n°69, 2016
Amélie Adamo, « L’expérience conceptuelle de Muriel Rodolosse »

Anne Dagbert, « Une oeuvre masquée »

Vidéos